Pina Pellicer

Macario : Le film qui révéla Pina Pellicer

Pina Pellicer, de son vrai nom Josefina Yolanda Pellicer López de Llergo, est née à Mexico en 1934. Elle fait ses débuts au théâtre en 1957. On la retrouve notamment dans Un hogar sólido de Elena Garro, Le journal d’Anne Frank et Électre, avant que le cinéma ne l’appelle.

Lorsque le nouveau film de Roberto Gavaldón, Macario, sort en 1960, l’actrice principale Pina Pellicer est donc une quasi inconnue. Elle joue là en effet son premier rôle au cinéma. Le film, adaptation d’un livre de Bruno Traven, connait un franc succès. Il est nominé aux Oscars (dans la catégorie des Meilleurs films en langue étrangère) et à Cannes. L’interprète masculin Ignacio López Tarso, compagnon de Pina dans le film, remporte pour l’occasion le prix du Meilleur acteur au Festival international de San Francisco. La prestation de Pina Pellicer a impressionné. Faisant fi des clichés de l’époque où le mélodrame de l’autre côté de l’atlantique reste de rigueur, elle emprunte à la vague néo-réaliste européenne, et italienne en particulier, un jeu plus réaliste.

Une place au soleil
au côté de Marlon Brando
Suite à cette performance, Pina Pellicer est choisie par Marlon Brando pour jouer dans One eyed Jacks (La vengeance aux deux visages, 1961), le seul film jamais réalisé par la star hollywoodienne. Pina Pellicer joue un des rôles principaux aux côtés de Marlon Brando. Dans ce film en langue anglaise, Marlon Brando impose quelques dialogues en mexicain. C’est un choix courageux dans un contexte où l’ostracisme (pour ne pas dire plus) envers les latino-américains est de mise à cette époque-là aux USA. Au Festival international du film de San Sebastian (Espagne), One eyed Jacks reçoit la Conque d’or et Pina Pellicer le prix de la Meilleure actrice.

Un si bel automne
Son troisième rôle, Pina Pellicer l’obtient en 1962 pour un film du réalisateur espagnol Rafael Gil, Rogelia, tourné en partie dans les Asturies en Espagne. Elle joue aux côtés de Arturo Fernández et Fernando Rey dans un rôle de femme « fragile, maltraitée, mais tenace et courageuse ». En 1963, elle tourne à nouveau dans un film de Roberto Gavaldón Días de otoño (Jours d’automne) où elle retrouve l’acteur Ignacio López Tarso. Días de otoño est loin d’avoir la profondeur de Macario. Cependant, parmi les critiques, on peut lire :  » Bien que parfois la trame de ce film s’approche dangeusement des limites du mélodrame le plus démesuré, Pina Pellicer interprète Luisa avec une merveilleuse ambiguïté qui sert de contre-poids à tout type d’excès mélodramatique « .


  Rogelia (1962) de Rafael Gil            Pina Pellicer retrouve Ignacio López Tarso dans le film Días de otoño                             Photomontage

Une fin tragique

En 1964, Pina Pellicer interprète Irma dans un film de Rafael Baledón, El pecador. Si on se souvient aujourd’hui de ce film, c’est en partie parce que c’est malheureusement le dernier film dans lequel joua Pina Pellicer. En effet, la jeune et talentueuse actrice devait se suicider le 4 décembre de cette même année. Elle avait 30 ans.

Olivier Moran